Galerie Paul Viollet, l’affaire Dreyfus et les Droits de l’homme

Les documents présentés ci-dessous sont en lien avec l’article du même titre, accessible ici.

Emmanuel Naquet, dans son article, dresse le paysage de l’affaire Dreyfus, les circonstances de la fondation de la Ligue des Droits de l’homme, le climat de la France pré-séparation de l’Église et de l’État. Il replace Paul Viollet dans tous ces événements, retrace ses choix et ses actions.

Car la conviction, acquise petit à petit, de l’innocence de Dreyfus, pousse Paul Viollet à s’engager dans le combat pour la vérité et la justice. Il y croise nombre de personnes engagées dans cette même lutte et participe, avec une partie de celles-ci, à la création de la Ligue des Droits de l’homme et du citoyen (LDH). Il s’en éloigne peu après, le croyant qu’il est ne supportant pas l’anticléricalisme de l’association. Mais il fonde alors le Comité catholique de défense du droit (CCDD) pour poursuivre la lutte, et continue ponctuellement à s’associer avec la LDH.

Sont présentés ici à la fois des documents factuels, des coupures de presse, retraçant les événements de l’époque, et des documents personnels, traces de liens, de choix, et de méthodes de travail.

L’affaire Dreyfus, quelques décisions de justice ; la loi de séparation des églises et de l’État.

Pour commencer cette galerie, il nous a paru important de retourner aux textes et aux pièces : ci-dessous sont reproduits les différents jugements des procès Dreyfus et Zola, des pièces de ce dernier liées à la question des bordereaux, enfin, concernant cette fois les catholiques, la loi sur les associations qui entraîne l’interdiction d’un certain nombre de congrégations.

Échos dans la presse et publications.

La presse quotidienne est alors le principal vecteur de publication et d’exposition. Voici donc, tirées de différents journaux, des traces des indignations et des actions de Paul Viollet, dans le cadre de la LDH ou du CCDD.

Méthodes de travail.

Le document suivant est issu des dossiers d’érudition de Paul Viollet, conservés aux Archives nationales. C’est un texte, un brouillon jamais publié, qui donne un aperçu de la manière de réagir de Paul Viollet face aux événements. Il est à mettre en rapport avec les jugements présentés plus haut.

Un monde de relations.

Dans cette dernière partie, des documents plus anecdotiques, témoins des liens tissés avec les différents protagonistes de l’Affaire, mais aussi une belle lettre, jamais publiée, peut-être même jamais envoyée, de Paul Viollet à Gabriel Monod, sur sa décision de s’engager pour l’innocence de Dreyfus.